Les lacs du Fjordland (et leurs petites putasses)

Mardi 25 décembre 2012
Tuatapere – Lake Monowai / 60 km – moyenne : 14,40 km/h – vitesse max : 51,84 km/h

En ce matin de petit jésus (ou de gros bonhomme moustachu, c’est selon) nous nous levons à 9h et nous préparons un gros petit déjeuner : œufs, bacon et les fameuses saucisses de Tuatapere (plutôt dégueu).

A 10h, nous sommes encore attablés lorsque la femme de ménage débarque. Nous savions le check out pour 10h mais pensions qu’un 25 décembre il y aurait une petite tolérance : raté ! Nous terminons donc rapidement et rangeons les affaires en quatrième vitesse pendant qu’elle entame déjà le nettoyage. Nico et moi chargeons nos sacoches dans la voiture de Jean et nous mettons en selle un peu avant 10h.

Le soleil tape déjà fort avec un grand ciel bleu. Étonnamment, on retrouve assez peu l’esprit de Noël mais aucun de nous n’en est chagriné. Par contre, le vent de face nous peine un peu plus. Tout du long. Sur une longue, longue, ligne droite, je tiens difficilement les 10km/h…

Nico finit par me doubler et, devant moi, rate la bifurcation vers notre point de rendez-vous avec Jean et se retrouve donc derrière lorsqu’il le réalise. Jean, inquiet que nous mettions si longtemps à arriver, vient à notre rencontre en voiture : c’est là que nous réalisons que Nico n’est plus devant moi et Jean part donc à sa recherche pendant que je continue sur la route de gravelle.

Finalement, nous arrivons à tous nous retrouver pour déjeuner au camping du lac Monowai, vers 16h… Petite balade, installation des tentes, dîner au feu de bois et voilà la journée passée rapidement.

Par contre, nous réalisons de quoi sont capables les sandflies. Nous en avions rencontré quelques unes déjà, bien sûr, mais là elles sont passées au niveau supérieur. Ce soir, elles gagnent leur surnom de « petites putasses » et désormais nous ne les appellerons plus que comme ça. Les moustiques, à côté, c’est de la rigolade. Il faut dire en plus que, petites comme elles sont, je crois naïvement qu’elles ne pourront pas mordre à travers les chaussettes : grave erreur ! C’est moi qui m’en mordrai les doigts quand je réaliserai les dégâts, plus tard.

Ceci dit, l’endroit est magnifique et nous offre un superbe coucher de soleil.

 

Mercredi 26 décembre 2012
Lake Monowai – Te Anau

Ce matin, lever tranquille. Nico sort rapidement de la tente pour relancer le feu et préparer le petit déjeuner pendant que je range tout à l’intérieur de la tente, repoussant le moment des retrouvailles avec les petites putasses qui s’agglutinent sous le double toit. C’est ce matin que je réalise mon erreur de la veille en voyant mes pieds et chevilles très marqués par les morsures.

Nous petit-déjeunons, rangeons les affaires en prenant notre temps et casons tout dans la voiture de Jean, vélos compris. Après avoir réfléchi, nous avons en effet décidé de ne pas faire les deux étapes prévues en vélo jusqu’à Te Anau mais de prendre la voiture et nous dégager ainsi une journée pour faire autre chose. Nous voici donc dans la voiture et ça tombe bien puisque la météo est plutôt morose.

Nous faisons un arrêt rapide à Manapouri pour voir si le camping où j’avais initialement prévu que nous nous arrêtions vaut le coup. Nico et Jean ne sont pas conquis alors nous allons nous installer à Te Anau : ainsi nous nous épargnerons des montages et démontages de tente et, avec la voiture, pourrons facilement aller randonner à Manapouri comme prévu.

Après nous être installés, nous allons faire un tour en ville. Cela me permet notamment de réparer un choix regrettable dans la préparation de mes bagages : j’investis dans un chapeau de soleil, pour apporter un repos bienvenu à mes pauvres oreilles cramées. Nous achetons également du répulsif à sandflies. Après avoir hésité entre Doubtful et Milford, les deux sounds locaux les plus beaux, nous réservons finalement une excursion pour Doubtful Sound pour le 28 décembre.

Il commence à faire faim alors nous allons nous manger un burger à l’agneau dans un café recommandé par le Lonely Planet. Le burger est bon mais l’attente un peu longue. Rassasiés, nous nous rendons au centre d’information du DOC pour récupérer nos billets pour la Kepler Track et de l’information complémentaire. De retour au camping, nous faisons un inventaire de nos stock de nourriture pour les jours à venir. Comme il manque quelques trucs pour le lendemain midi, je retourne à pieds acheter du pain.

Après une bonne douche, nous faisons une vraie lessive, la première du séjour pour Nico et moi : le grand luxe ! Toutes nos affaires ou presque sont mises dans la machine. Nous passons le reste de la journée à bouquiner et trainer sur internet.

 

Jeudi 27 décembre 2012
Te Anau

Ce matin encore, nous prenons notre temps. Après avoir petit déjeuné et préparé des petits sacs à dos, nous allons à Manapouri en voiture. Nous arrivons à l’embarcadère de la rivière Waiau vers 10h30 et le bateau taxi, prévu pour 11h, nous prend immédiatement au tarif normal pour traverser. Nous faisons une randonnée que j’avais repérée sur le site internet du DOC avant de partir : nous montons à un beau point de vue dans les bois puis allons jusqu’à Hope Arm, l’un des bras du lac Manapouri. Nous ne faisons pas la boucle complète de crainte d’être un peu juste pour le dernier bateau de la journée au retour. A la place, nous déjeunons près du lac et y restons un moment, jusqu’à être lassés des petites putasses notamment. Nous rentrons finalement bien en avance pour le bateau taxi de 18h30.

De retour à Te Anau, nous nous offrons une glace avant de rentrer au camping pour une soirée tranquille.

 

Vendredi 28 décembre 2012
Te Anau

Le réveil sonne à 6h après une nuit difficile : un peu trop chaud parfois, un peu trop froid à d’autres moments et, surtout, le boucan du chant des oiseaux dès 3/4h du matin… Avec un peu de retard le bus pour doubtful Sound Cruises nous prend devant la réception du camping à 7h25. A 8h nous embarquons sur un premier bateau afin de traverser Manapouri Lake. Le temps est magnifique !

Arrivés au bout du lac, une visite de la centrale hydroélectrique est programmée. Descente dans un tunnel de deux kilomètres de long jusqu’à la salle des turbines. Même si ce n’est pas l’intérêt principal de la journée, c’est finalement plutôt rigolo de voir ça.

Ensuite, c’est le bus qui nous fait passer le col entre le lac et le sound, par une route de gravelle doublement cul-de-sac. Et, enfin, deuxième bateau pour une croisière jusqu’au bout du sound. Les paysages sont magnifiques, nous allons jusqu’au bout et nous approchons d’une colonie de phoques avant de faire demi tour pour refaire l’ensemble du chemin en sens inverse.

Nous sommes de retour à Te Anau vers 17h sans aucun regret pour notre choix de la journée. Nous faisons un petit point bouffe, des courses complémentaires et allons manger dans une pizzéria avant de rentrer pour bouquiner un peu et nous coucher tôt.

One Comment

on “Les lacs du Fjordland (et leurs petites putasses)
One Comment on “Les lacs du Fjordland (et leurs petites putasses)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *