Skye Trail, la Trotternish Ridge à couper le souffle

Mercredi 12 avril – Flodigarry/Portree

La nuit a été bof. Il y a eu des averses régulières, un peu de vent. La tente a bien tenu même s’il faudra que je repasse quelques coutures au silicone pour en améliorer l’étanchéité. Comme je suis réveillée très tôt, la tente est démontée et dans la dry room dès 6h15. Je glandouille un peu, petit-déjeune et range les affaires sans stress.
Je quitte l’auberge à 8h10, la journée s’annonçant longue. Je ne suis pas la seule des hôtes à avoir prévu la Trotternish Ridge aujourd’hui : nous sommes une grosse demi-douzaine j’ai l’impression, à partir en rangs dispersés. Malgré quelques averses, le temps est plutôt beau. Le chemin offre rapidement quelques très chouettes vues, tout à la fois devant moi et derrière.

2h après le départ, j’arrive au col qui croise la route et donc partage quelques centaines de mètres de sentier avec des randonneurs à la demi-journée plus nombreux. Et là, ça souffle ! A partir de cet endroit, le sentier suit la ligne de crête qui est complètement exposée et le vent est de trois-quart face. Ça monte, ça descend, ça monte, ça descend et, toujours, le vent qui me fait marcher penché pour équilibrer la prise que fait mon sac.

Je loupe une possibilité vers 11h15 (il est encore trop tôt) mais à 12h40, enfin, un versant un peu abrité se présente alors j’en profite pour faire une pause déjeuner/hydratation rapide. Le ciel s’assombrit, je remballe avant la prochaine averse et me voilà repartie à 13h.

Avec le vent j’en chie un peu sur certains passage et je suis bien contente d’avoir les bâtons.
A 16h ce sont carrément de gros flocons qui se mettent à tomber ! Rapidement remplacés cependant par un bon petit grésil de derrière les fagots bien cinglant. C’est compliqué d’avoir le visage au vent et parfois même tout bêtement d’avancer. Je dois faire des arrêts réguliers en me calant sur les bâtons pour ne pas tomber, en attendant le passage des rafales.

Au dernier petit col avant la descente sur Old Man of Storr, je vois deux randonneurs derrière moi s’asseoir. Je suis un peu étonnée de leur choix d’endroit et de moment pour s’arrêter. Jusqu’à ce que je manque d’être emportée par une rafale qui me fait dévaler sans contrôle sur quelques mètres. Je réussis à m’asseoir comme eux presque dignement dans la boue en attendant que les bourrasques se calment.

Je ne m’attarde pas à Old Man of Storr et continue la descente en croisant tous les touristes en petites baskets qui ne réalisent pas qu’autour du rocher ce n’est qu’un réseau de sentes boueuses… Ceci dit, la descente offre de très jolies vue sur les falaises que j’ai parcourues la veille, d’autant plus que le ciel se lève un peu. C’est vraiment dommage que je n’ai pas pu profiter des paysages de bord de mer hier…

Je suis au parking vers 17h40.

Je lève le pouce au même endroit qu’hier et, après quelques temps, un couple d’espagnols m’embarque pour Portree.
A l’auberge (que j’avais pour une fois réservée en avance), je savoure ma douche brûlante et le confort du lit. Je récupère également le sac de provisions que j’avais laissé là lors de mon passage afin de ne pas transporter inutilement du poids.
J’engouffre une grosse purée chorizo fromage pour dîner à 20h30 et suis au dodo avant 23h !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *